Yves Clément Arroga : « Il nous faut un tueur »

Le Jour : Propos recueillis par A.C mercredi 30 septembre 2020 10:16 433

CAMEROUN :: Yves Clément Arroga : « Il nous faut un tueur » :: CAMEROON

Le sélectionneur des Lions Indomptables A’ fait le point du premier stage post-covid qui s’est achevé ce 29 septembre 2020.

Pouvez-vous faire le bilan de la préparation de votre équipe jusqu’à présent ?
Déjà, nous avons entamé notre stage avec la préparation athlétique ; c’est de ça qu’il était question car, ces jeunes sont restés longtemps sans entraînements. Mais, nous sommes satisfaits déjà de la première semaine qui était préoccupante. Nous avons été agréablement surpris car tous ont répondu à nos attentes. Et maintenant en entament le volet technico-tactique, on a commencé à la deuxième semaine. Et presque tous ont suivi le travail. Nous allons continuer avec le prochain stage, immédiatement le 04 octobre prochain pour enchaîner avec le technico-tactique, si possible également avec les matchs amicaux pour asseoir la cohésion.

Sept mois sans travailler. Est-ce que cela ne vous a pas posé des problèmes dans votre travail ?
Il y a quelques soucis vraiment. Mais seulement, au soir de la libération de ces joueurs, ils ont eu un entraînement individualisé ; que j’appelle entraînement invisible. Et heureusement presque tous ont suivi. Et ceux qui n’ont pas suivi, n’ont pas été rappelés. Vous avez vu, au dernier stage, il y a ceux qui n’apparaissaient pas dans la liste. C’est ceux-là qui n’ont pas suivi et entraînement invisible.

Vous avez dit que pour ce stage il y a certains qui n’ont pas été appelés sur la liste. Est-ce à dire que pour le stage du 04 octobre il y aura des nouveaux ?
Oui. Par rapport à l’évaluation que nous avons suivie durant ce stage, il y a ceux qui ne vont pas revenir. Il y a certains joueurs qu’il faut voir, qui étaient dans la liste d’attente et d’autres que nous avons vu entre temps. Ils sont dans notre short-list, ils vont venir.

On vous a suivi dans un coup de gueule la dernière fois, où vous n’étiez pas content de certains joueurs qui étaient partis sans crier gare. Vous pensez que vous avez suffisamment sensibilisé ce groupe ?
Je pense qu’ils ont été sensibles à cet appel. Donc, il faudrait que chacun sache pourquoi il est en sélection nationale. Quand le pays vous appelle vous devez répondre comme un soldat. Donc, si vous êtes là, il fait respecter les règles du jeu.

Est-ce que les joueurs qu’on retrouve dans l’équipe A et qu’on ne retrouve pas dans votre sélection, ça ne pose pas problème ?
C’est un problème d’observation, de timing. Parfois on n’appelle pas juste pour voir, pour observer davantage. C’est deux modèles de jeux différents. La sélection A’ ne joue pas comme la sélection senior. Donc nous sommes en train d’implémenter un modèle de jeu, et les joueurs que nous appelons sont des joueurs qui adhèrent à ce modèle. Donc au fur et à mesure, on verra comment appeler ces joueurs qui ont été à la sélection nationale et qu’on peut appeler en A’.

Le ministre a observé tout à l’heure comme nous autres. Que votre équipe manquait quelque peu de tueurs. Vous pensez que vous allez pouvoir nous trouver ces tueurs ?
Vous parlez de tueur. Quand vous parcourez toute cette liste, il y a tous les meilleurs buteurs du championnat camerounais qui sont là. Mais quand je parle de tueur, c’est un aspect psychologique, c’est-à-dire que ces avant-centres qui marquent tellement des buts dans leurs clubs, en sélection nationale il faudrait qu’ils réveillent cet instinct de tueur. Donc, c’est un aspect psychologique que chacun doit travailler. Le tueur, je ne vais pas le chercher chez moi ou ailleurs. C’est en nous le tueur. Donc, maintenant il faudrait qu’ils développent ces capacités en sélection nationale.

Il y a-t-il un compartiment qui vous inquiète ?
Jusqu’à présent le compartiment le plus inquiétant, c’est ce tueur-là ; ces avant-centres capables, d’aller plus vite et marquer des buts. Au niveau de la défense tout est rassuré. On a de très bons défenseurs qui sont là. Maintenant, il faut travailler plus la cohésion, pour que cette équipe puisse prendre de la crème.