Retro, JO Sydney 2000 : voici les grands débuts de Carlos Kameni

Camer-sport.com : Oswald Hermann G'nowa jeudi 9 avril 2020 16:28 1184

CAMEROUN :: Retro, JO Sydney 2000 : voici les grands débuts de Carlos Kameni :: CAMEROON

Sydney, 23 septembre 2000. [Photo d'illustration: Idriss Carlos Kameni lors du stage des lions en Belgique le 31 mai 2007]. Le Cameroun dispute les ¼ de finale des Jeux Olympiques en Australie.

Les africains affrontent la sélection brésilienne qui rêve d’un premier sacre olympique avec dans ses rangs, un certain Ronaldhino.

Le sélectionneur des lions espoirs Jean-Paul Akono met sur pied un dispositif composé de joueurs au physique impressionnant.

Le onze entrant des lions est composé de Idriss Carlos Kameni dans les buts. Une défense qui s’appuie sur Pierre Womé, Serge Mimpo, Patrice Abanda, Nicolas Anouldji et Geremi Njitap. L’entre-jeu est cadenacé par Lauren Etame Mayer, Aaron Nguimbat, et serge Branco. Le duo Samuel Eto’o et Patrick Mboma est lancé à l’offensive.

Le Cameroun aligne une équipe séduisante. 8 joueurs sur les 11 évoluent en Europe comme Mboma qui joue à Parme (Italie), Eto’o sociétaire du Real Majorque (Espagne), Lauren titulaire à Arsenal (Angleterre) ou encore le capitaine Geremi Njitap qui évolue au Real de Madrid (Espagne).

Bekono offre un cadeau à Kameni

Avant cette rencontre, le débat tournait autour du poste de gardien de buts. Daniel Bekono avait montré une certaine faiblesse lors de la précédente sortie des lions contre la République Tchèque (1-1). Les lions se qualifient tout de même occupant le second rang dans le groupe C derrière les USA.

Idriss Carlos Kameni est préféré à Bekono. C’est la grande surprise des quarts de finale. Akono jette ainsi le jeune pouce de 16 ans et demie dans la bataille. Pour sa première titularisation, le talentueux gardien explose.

Fabiono, Ronaldhino etc échouent à chaque fois devant le « monstre » Kameni. Le sociétaire du Havre (D2, France) met tout le monde d’accord. 

Géremi et Aaron Nguimbat,expulsés

Le Capitaine des lions écope d'un second jaune à la 75ème pour avoir perdu du temps. Le Cameroun est réduit à 10. Le dernier quart d'heure est difficile pour les africains qui plient mais ne cèdent pas.

Dans les arrêts de jeu, c'est autour de Aaron Nguimbat de prendre un rouge après une charge fautive devant la surface camerounaise. Sur le coup franc qui s'en suit, Ronaldhino égalisait (1-1) dans les arrêts de jeu.

Le Cameroun, en infériorité numérique (9 contre 11), l’emporte (1-2) finalement au Brisbane Cricket Ground. Modeste M’bami offrira le but de la victoire aux lions dans les prolongations (1-2, 113ème). Le but de M'bami qualifiait le Cameroun suivant la règle du but en or qui était alors d'application. Le sociétaire de Sedan (D2 France) était monté au jeu en seconde période remplaçant Serge Mimpo. Rappellons que Mboma avait ouvert le score sur coup franc direct (0-1, 17ème).

Individualités sobres, Collectif impressionnant

Les camerounais, grâce à un collectif exemplaire, passent les demie finales (2-1) face au Chili et remportent la finale devant l’Espagne aux tirs aux buts (2-2, 5-3 atb) avec un Kameni exceptionnel.

Les absents de la belle histoire

Rigobert Song (Liverpool) et Désiré Job (Middlesbrough) étaient les grands absents de cette belle aventure camerounaise qui s’était conclue par l’obtention de la médaille d’or olympique.

Champion d’Afrique au Nigéria avec les lions de Pierre Lechantre six mois plutôt, les deux cadres n’avaient pas pu bénéficier de la libération de leurs dirigeants de clubs respectifs.

Le cameroun devenait ainsi le 2ème pays d’Afrique sacré après le Nigéria en 1996. Une performance qui n'a plus jamais été réalisée par le pays de Samuel Eto'o.