Aurélien Chedjou : “On m’a enlevé la Can 2017”

Le Jour : Solière Champlain Paka lundi 6 avril 2020 10:35 1390

CAMEROUN :: Aurélien Chedjou : “On m’a enlevé la Can 2017” :: CAMEROON

L’international camerounais digère toujours mal sa nonconvocation pour cette compétition et surtout le fait de n’avoir pas réussi à gagner un titre avec le Cameroun.

C’est avec un pincement au coeur qu’Aurélien Chedjou avait pris sa retraite internationale. Le défenseur d’Amiens, club de Ligue 1 en France, espérait prendre part à la Coupe d’Afrique des nations 2017 qu’abritait le Gabon voisin. Un souhait, qui n’a pas pu se réaliser car Hugo Broos, le sélectionneur, avait misé sur d’autres joueurs. Une pullule amer à avaler car, il en parle avec une émotion fraîche ; ce qui traduit sa déception. Le défenseur camerounais était face aux journalistes africains vendredi dernier dans le cadre des rendez-vous d’Africa football media (Afm). Il s’est livré à coeur joie en revisitant sa carrière en club et à l’équipe nationale.

Son retour en France n’était pas un fortuit. C’était un défi personnel qu’il voulait relever : « En Turquie, on avait l’impression ou mieux, j’avais l’impression au vu de ce qui se disait, que j’étais fini. Je voulais montrer aux gens, que ce n’est pas parce qu’on va en Turquie qu’on est fini. Malgré les mauvais résultats, je pense que sur le plan personnel, je montre que j’ai encore beaucoup de choses à faire ».

Même si Amiens n’est pas bien placé au niveau du championnat, Chedjou suit un programme de travail personnel afin de revenir avec attrait une fois le virus maîtrisé. En attendant la reprise, il garde de très bon souvenir sous les couleurs de l’équipe nationale. Plus de huit ans à défendre le vert-rouge-jaune, il faut le faire. Mais sa non-convocation pour la Can 2017 est restée en travers de sa gorge. « J’étais assez déçu de ne pas être de cette sélection qui a gagné la Can 2017. Je méritais d’y être pour avoir donné neuf ans à mon pays. J’étais à Galatasaray et j’étais titulaire. J’avais joué presque tous les matchs de qualification. C’est passé, mais je n’ai pas digéré. On m’a clairement enlevé cette Can. Cela me restera à vie ».

Et d’ajouter : « Mon plus grand regret, c’est de ne pas gagner de titre avec l’équipe nationale. Je méritais d’être dans les 23. On a une belle génération. Il faut qu’on les laisse s’amuser et travailler ensemble ». Salué pour sa puissance et sa technique dans le jeu, il a toujours su se distinguer sur la pelouse de par ses interventions. On se souvient de sa prestation face au Psg (4-4). Chedjou a toujours laissé un souvenir partout où il est passé comme à Lille. Il fait d’ailleurs partie des 11 de la décennie du club du Nord de la France : « C’est une très grande fierté d’être dans le 11 de la décennie du Losc. C’est un honneur. C’est là où tout a commencé.

On m’a fait confiance et j’ai démontré ce que j’avais ». A bientôt 35 ans, il n’est pas prêt à raccrocher car Amiens n’est pas son dernier challenge. Il aimerait continuer à vivre sa passion sur les stades pendant quelques années encore, même s’il a déjà un plan tactique après sa carrière : « Après ma carrière, j’envisage aider mes jeunes frères en étant agent de joueurs. Placer les jeunes joueurs afin qu’ils puissent embrasser une carrière professionnelle ».

Confiné en attendant la reprise de la Ligue 1, Aurélien Chedjou dit être l’un des premiers supporters de l’équipe nationale.