Tanda Titah Thomas : Toujours la même envie à plus de 80 ans

Le Jour : David Eyenguè samedi 4 avril 2020 15:00 697

CAMEROUN :: Tanda Titah Thomas : Toujours la même envie à plus de 80 ans :: CAMEROON

Il faisait à lui seul partie d’une des catégories des masters ayant pris le départ de l’Ascension du mont Cameroun en cette année 2020, et il a traversé la ligne d’arrivée.

Son statut de plus vieil athlète de la course de l’espoir n’est plus une curiosité. Tanda Titah Thomas est un des athlètes ayant motivé l’existence des masters sur la course la plus difficile du monde. Né le 4 avril 1938, l’athlète a d’abord connu le mont quand il était plus jeune, au moment où il était un jeune employé de banque : « Quand je travaillais à Victoria (devenu Limbé) à la Cameroon Bank, j’allais jusqu’au sommet. Ma meilleure performance, c’était 7ème. J’ai été primé à 100.000 Fcfa. Je me rappelle aussi que j’ai été 70ème et j’ai eu 50.000Fcfa de prime. Là, j’avais déjà été affecté à Yaoundé par mon entreprise et je n’avais plus un entrainement adéquat. A l’époque, tous ceux qui traversaient la ligne d’arrivée avaient 50.000Fcfa ».

Tanda Thomas a pris congé du mont à un moment, jusqu’à l’entrée des catégories des masters, en lieu et place des autres disciplines qui étaient invitées lors de la course annuelle : « Avant au Mont Cameroun, il y avait les disciplines comme le cyclisme ou encore les patins à roulettes. Depuis quelques années, sur la demande de Léonie Etong, nous avons introduit les masters et les juniors qui comblent le vide des quatre heures d’attente pour la descente des seniors », nous explique Michel Nkollo, le directeur technique national d’athlétisme.

A partir des 35 ans, et dans les tranches de cinq ans, des catégories des masters participent à la course. Depuis ce retour dans la course après 18 années passées à la retraite, Tinda Thomas n’a rien raté. Il était le seul athlète dans sa catégorie, entre 80 et 84 ans cette année : « Sa présence est une preuve d’amour, d’abnégation, de résistance, de persévérance. Cet athlète croit en ce qu’il fait, et veut vivre plus longtemps en pratiquant l’athlétisme. En ces temps de corona virus qu’on dit emporter les plus âgés, notre athlète pourrait être un exemple de résistance par le sport », nous a lancé Léonie Etong, la présidente africaine de l’association des masters. Malgré son âge relativement avancé, l’athlète a un rythme d’entrainement soutenu : « Chaque samedi, je sors le matin vers 5H30 pour faire 15 kilomètres d’entrainement, entre Jouvence et Mendong, pour ceux qui connaissent la ville de Yaoundé ».

Après chaque traversée de la ligne d’arrivée, notre vétéran reçoit une prime de participation sur les 1.300.000 Fcfa (un million trois cent mille francs) à diviser par le nombre de catégories de masters. Pour cet exemple d’abnégation, les responsables de la fédération camerounaise d’athlétisme espèrent que les sponsors soient plus regardant les prochaines années.