Arrêt des championnats : Les footballeurs locaux broient du noir

Mutations : Désiré Domo lundi 30 mars 2020 15:58 676

CAMEROUN :: Arrêt des championnats : Les footballeurs locaux broient du noir :: CAMEROON

Déjà sans salaire, les primes d’entrainements qui les aidaient à subvenir à certains de leurs besoins ne leur sont plus versées depuis l’entrée du covid-19 au Cameroun.

«Je vous assure que c’est dur. C’est vraiment difficile ». Ce cri de détresse est de Sylvain Pierre Abogo, gardien de but du Tonnerre kalara club (Tkc) de Yaoundé. Depuis que le championnat national Ligue 1 est à l’arrêt, le sociétaire du club de Mvog-Ada ne sait plus sur quel pied danser pour subvenir à ses besoins. Il n’est d’ailleurs pas le seul à faire entendre sa voix au sein du Tkc. « Sur le plan financier, il faut reconnaitre que c’est difficile, mais je me bats. Je gère comme je peux pour pouvoir subvenir à mes besoins », avoue son coéquipier James Piddy.

En effet, dans une correspondance signée le 18 mars dernier, le président de la Fédération camerounaise de football, Mbombo Njoya, a mis une pause à toute activité liée au football sur le triangle national. La décision en droite ligne avec les mesures du gouvernement visant à limiter la propagation du covid-19 a non seulement mis une pause à la saison sportive des joueurs de Ligues 1 et 2 du Cameroun, mais aussi a suspendu toute séance d’entrainement des clubs pensionnaires desdits championnats.

Pourtant, ce sont lesdites primes d’entrainements qui permettent aux professionnels du ballon rond camerounais de régler certains de leurs besoins à l’absence des salaires « très irrégulières ». « Nos salaires sont nos primes d’entrainements. Comme il n’y a plus d’entrainements conséquence, plus de salaire », confie sous anonymat un joueur du championnat d’Elite. Une situation qui inquiète le président du Syndicat national des footballeurs du Cameroun (Synafoc) Geremi Njitap. « Les joueurs ne sont pas toujours payés convenablement dans les circonstances normales. L’actualité du covid-19 est venue renforcer cette situation. L’arrêt des compétitions est synonyme d’arrêt de travail pour les joueurs. Il est normal que je ressente des frayeurs concernant la situation financière », explique-t-il.

Toutefois, pendant que les pensionnaires des championnats d’Elite du Cameroun broient du noir, les élans de coeur des footballeurs évoluant à l’étranger se fait ressentir. En Europe par exemple, ils ont décidé de baisser leur salaire, question d’épauler les dirigeants des clubs à contribuer à leur tour à la disparition du coronavirus.