Aux sources des départs dans la tanière

infoMatin : Achille Eloundou jeudi 5 mars 2020 01:44 893

CAMEROUN :: Aux sources des départs dans la tanière :: CAMEROON

Que ce soit du côté de l’administration de l’équipe ou des joueurs, les responsabilités sont partagées.

La tanière des Lions indomptables du Cameroun a souvent connu des tribulations qui obligent souvent certains joueurs de la sélection nationale à abandonner délibérément l’équipe. Plusieurs exemples ont été constatés à l’instar de Lauren Etame Majer, Pierre Wome Nlend, Joël Matip, et Nicholas Nkoulou, pour ne citer que ceux là.

Pour le cas d’Etame Mayer par exemple, selon les informations relayées par Cameroon Tribune, le départ de l’ancien milieu de terrain camerounais de la sélection nationale était devenu un secret de polichinelle. En effet, depuis la fin de la Coupe du monde Corée-Japon 2002, Lauren Etame Mayer ne cachait plus sa gêne à revenir jouer avec ses coéquipiers. Car après trois convocations successives aux regroupements des Lions, il n’avait jamais donné une réponse à la direction administrative de l’équipe nationale. Le joueur camerounais d’Arsenal s’était alors fermé dans un mutisme dénonciateur à l’égard des autorités du football camerounais. Les journaux ont finalement annoncé que le champion olympique avait des récriminations à l’endroit des responsables du football camerounais sur la mauvaise gestion de l’équipe nationale.

Ainsi, l’ancien Lion indomptable n’avait pas apprécié les incidents survenus sur le chemin de Corée-Japon 2002. Les footballeurs ont observé une grève à Paris lors de leur stage à cause d’une mésentente liée à leurs primes. Le ministère de la Jeunesse et des Sports et la Fédération camerounaise de football ont été obligés de dépêcher Thomas Nkono, parrain de Lauren Etame en Angleterre, pour mettre un terme à la grève. C’est finalement dans le site de son club qu’il annonça ne plus évoluer avec les Lions indomptables.

S’agissant du cas Pierre Wome Nlend, après 12 ans aux seins des Lions indomptables, le joueur camerounais a également claqué la porte dans les mêmes conditions. L’on se rappelle que le joueur qui avait été banni de la sélection nationale après son fameux penalty raté le 8 octobre 2005, avait déclaré à la presse qu’il était toujours prêt à honorer le drapeau s’il était sollicité par le staff. Mais trois mois plus tard, il décide de se «retirer définitivement de l’équipe nationale» à cause des «entraineurs qui n’arrivent plus à prendre leurs responsabilités, et ce sont les joueurs qui font maintenant la sélection de leur coéquipier ». Il voulait ainsi parler de Samuel Eto’o et Rigobert Song qui, selon lui, étaient à l’origine de ses problèmes.

Joël Matip, quant à lui, avait décidé de ne plus jouer avec les Lions indomptables après la Coupe du monde 2014 du fait des frustrations et des péripéties vécues dans la tanière. Il s’agit en effet de «la calamiteuse gestion de cette équipe qui impacte sur le rendement de la sélection, des problèmes de gestion et l’absence de professionnalisme des instances dirigeantes, des guerres claniques montées de toutes pièces pour créer la zizanie entre les joueurs».

Pour Nicolas Nkoulou, c’est après la campagne victorieuse de la Can 2017 qu’il avait, contre toute attente, décidé de prendre ses distances avec la sélection nationale. Le champion d’Afrique 2017 avait mal supporté le choix du sélectionneur Hugo Broos qui préférait Adolphe Teikeu à la défense centrale que lui.