Flavien Guetsa Kamanou : “Nous parlons de la détonation et de la désintoxication”

Le Jour : Achille Chountsa mardi 4 février 2020 01:55 399

CAMEROUN :: Flavien Guetsa Kamanou : “Nous parlons de la détonation et de la désintoxication” :: CAMEROON

Le président e la Fénap vélo Afrique centrale pose un regard sur le premier Ça Me Dit Vélo et la thématique des compétitions de la saison 2020.

Peut-on dire les tout est bien parti pour la saison 2020 ?
La saison 2020 est lancée comme vous le dites. Cette journée célèbre le lancement de l’activité sportive proprement dite. C’était la course, l’effort, les couleurs, le positionnement ; c’est aussi la détermination. Nous cultivons déjà cela en chacun des compétiteurs, dans chacun des éléments qui vont concourir à meubler l’année. Il y a un mois, nous avons jeté les bases stratégiques sur le calendrier des compétitions, sur le règlement, sur la définition des tâches. Donc, on peut dire que le train est vraiment lancé.

Que retenir de ce premier Ça Me Dit Vélo ?
On doit dire que pour certains, ils étaient déjà bien préparés. C’est ce qui justifie le fait que le peloton s’est très vite divisé en deux, dont une dizaine de gars qui sont partis très vite, parce c’était pour eux une formalité ; alors que pour les autres c’était encore l’échauffement. Donc, ceux de mon groupe (Flavien Guetsa prend part à toutes les compétitions comme coureur, ndlr) qui sont restés à l’arrière recherchaient un peu de l’échauffement. Mais, toujours est-il qu’il y a comme un réveil musculaire ; il y a également comme un décollage un peu timide dans l’ensemble.

Est-ce cette timidité qui justifie le nombre de participants au départ ?
Le nombre n’a pas atteint 25 coureurs. Mais, les marcheurs étaient quand même en grand nombre, plus d’une trentaine. Mais, il faut dire que jusque-là, ça été timide, parce que la ponctualité n’a pas été de rigueur. Pour une course prévue à 7h, ce n’est qu’à plus de 8h que le peloton est parti. Ce n’est pas du discrédit que je jette sur les uns et les autres. Mais, c’est une interpellation qui va les réveiller au sens de la thématique de cette année.

En 2020, quelle sera l’innovation à la Fénap Vélo Afrique centrale ?
C’est surtout notre message. Nous parlons de la Détonation et de la Désintoxication. Comme vous le savez, nous ne visons pas surtout la recherche des étoiles. Mais nous voulons essentiellement que chacun utilise le sport et le cyclisme en particulier, pour se refaire la bonne santé. La bonne santé ne se retrouve pas exclusivement dans la pratique du sport. Elle se trouve aussi dans la discipline alimentaire. Nous réalisons que chaque jour, nous nous intoxiquons un peu plus, surtout avec les menus manufacturés que nous achetons par-ci, par-là. Nous voulons créer une certaine dynamique dans la conscience des uns et des autres, pour qu’ils aient désormais le réflexe de regarder ce qui entre dans leurs bouches. Ça va mieux concourir à leur santé et ça va mieux améliorer leurs performances sportives. Nous parlons aussi de Détonation, parce que dans l’ensemble, ce que nous faisons à la Fénap Vélo est suffisamment interpelatif pour que nous soyons un vecteur de sensibilisation. Nous voulons le faire de manière nette, de façon explosive, pour que les gars se réveillent dans leurs consciences et que ça commence d’abord par la Fénap Vélo. Nous avons remis en cause l’attitude attentiste de beaucoup parmi nous qui veulent seulement venir participer à la compétition sans savoir que même l’organisation était aussi de leur ressort.

Après ce premier Ça Me Dit Vélo, que prévoit la suite des activités dans l’immédiat ?
Dans une semaine, ce sera la Kermesse du vélo. C’est une épreuve qui regroupe d’abord les enfants, et puis les juniors et les séniors. Ça va se dérouler au Cyclopiste et nous allons élire le meilleur jeune dans le cyclisme, le meilleur junior, le meilleur poussin et le meilleur sénior. Ce sera un grand spectacle. Cette course sera aussi l’occasion de sensibiliser les encadreurs, les éducateurs, pour qu’ils intègrent la pratique du vélo dans le programme d’éducation de leurs enfants. Il faudrait qu’ils comprennent que la désintoxication qui fait partie de la thématique de cette année ne consiste pas seulement à voir cela sur le plan alimentaire, mais aussi sur le plan du comportement corporel, sanitaire, mental, moral et spirituel. Donc, cette désintoxication corporelle passe aussi par la pratique du vélo. La désintoxication télévisuelle. Nos enfants parfois ont adopté l’écran télé comme une nouvelle nature. Nous voulons leur dire que c’est aussi une intoxication télévisuelle. Qu’ils soient vraiment ramenés à la nature, en venant vivre le cyclisme au Centre Albert Einstein.